Archives de l’auteur : Laurent Bouis

Reprise des Moments musicaux

Nous sommes heureux de vous annoncer que les différents moments musicaux sur le grand orgue de la cathédrale peuvent reprendre dès ce jeudi 29 juillet ! Les pannes survenues récemment ont pu être réparées ce jour.
À très vite !

Lucile DOLLAT

Née en Décembre 1997 Lucile Dollat est lauréate de plusieurs prix de Concours Internationaux, parmi lesquels le Grand Prix et le Prix du Public du Concours International d’Orgue André Marchal – Gaston Litaize (Paris, 2017), le Prix de la Ville d’Angers ainsi qu’une distinction pour la meilleure interprétation de l’œuvre en création du Concours International d’Orgue Jean-Louis Florentz – Académie des Beaux-Arts (Angers, 2017), ainsi que le Second Prix ex-æquo du Concours International d’Orgue « Pierre de Manchicourt » de Béthune – Saint-Omer (2016).

Lucile mène une carrière de concertiste à travers l’Europe, notamment en France, en Espagne, en Allemagne, en Angleterre et en Italie. Elle a à cœur de programmer des œuvres variées et surprenantes allant du XVIe siècle à nos jours. Elle s’allie volontiers à divers instrumentistes, acteurs, danseurs, pour dévoiler de nouvelles facettes de l’orgue. C’est ainsi qu’elle se produit tant en soliste qu’avec d’autres formations : elle a notamment joué avec l’Ensemble Intercontemporain à la Philharmonie de Paris, l’Orchestre de Chambre de Paris, le Madrigal de Paris, le Chœur de Chambre d’Île-de-France

En 2016, elle reçoit un Prix d’orgue et un Prix d’improvisation à l’orgue au Conservatoire Saint-Maur-des-Fossés (classes d’Éric Lebrun et de Pierre Pincemaille) avec la plus haute distinction. Elle poursuit au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en orgue auprès d’Olivier Latry, Michel Bouvard, en improvisation auprès de Thierry Escaich et Laszlo Fassang, et en écriture avec Fabien Waksman et Jean-Baptiste Courtois. En juin 2018, elle obtient son Diplôme National Supérieur de Musicien Professionnel en orgue avec la plus haute distinction ainsi qu’un Prix d’Harmonie. En juin 2019 Lucile obtient un Prix de Contrepoint en 2019 puis le Master d’orgue mention Très Bien en juin 2020.

Lucile est titulaire de l’orgue Cavaillé-Coll de l’église Notre-Dame de la Gare (Paris XIIIe), de l’orgue historique de l’église Notre-Dame des Vertus (Aubervilliers), et suppléante du grand-orgue symphonique Abbey de l’église Saint-Vincent de Paul (Clichy-La-Garenne). Lucile est soutenue par le Mécénat Musical Société Générale et par la Fondation de France.

Fanny COUSSEAU

Fanny Cousseau est diplômée du Conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Paris et du Conservatoire à rayonnement départemental (CRD) de Saint-Maur-des-Fossés en orgue, en piano et en accompagnement.
Elle intègre ensuite la classe d’orgue du Conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD) de Lyon et étudie à l’Universität für musik und darstellende kunst Wien (MDW) en Autriche.
Pendant ses années d’études, elle bénéficie de l’enseignement d’organistes renommés tels Éric Lebrun, Christophe Mantoux, Jeremy Joseph ou encore François Espinasse.

En 2019, elle remporte deux prix au Concours international d’orgue Olivier Messiaen dont le prix de la meilleure interprétation des œuvres de Messiaen.

Musicienne recherchée, Fanny Cousseau se produit régulièrement en soliste, avec chœur ou bien avec orchestre dans divers lieux prestigieux tels l’église Saint Eustache à Paris, l’Auditorium de Lyon, le Consulat d’Algérie à Tlemcen ou encore la Jesuitenkirche en Autriche.
Très attachée à la musique vocale, elle co-fonde le duo Aloysia en 2015 avec la soprano colorature Géraldine Casey.

Fanny Cousseau est organiste au Temple de Port Royal à Paris.

Sören GIESELER

Sören Gieseler est né en 1996 à Stuttgart. Il prend ses premiers cours de piano et d’orgue en 2004, et intègre la Haute école de musique de Stuttgart en tant que “Jungstudent” (statut accordé aux jeunes talents) à partir de 2012. Il commence ses études de musique sacrée à la Haute École en 2014, qu’il poursuit actuellement en master.
Sören Gieseler a été formé entre autres par les professeurs Jürgen Essl, Jörg Halubek, Helmut Deutsch, David Franke, Tobias Wittman (orgue et improvisation à l’orgue) et Maria Sofianska (piano).
Plusieurs masterclasses et cours auprès de Daniel Roth, Juan de la Rubia, Luca Scandali, Jeremy Joseph complètent sa formation.

En 2019 Sören Gieseler remporte le premier prix au 7ème concours international „Joseph-Gabler“.
Parallèlement à ses études, il travaille comme organiste et chef de chœur et se produit très régulièrement en concert, ce qui l’a déjà amené à jouer en France, en Italie et en Espagne.

Gabriele AGRIMONTI

Né à Parme (Italie) en 1995, Gabriele AGRIMONTI découvre l’orgue à 11 ans et entre dans la classe de Mario Verdicchio au conservatoire « A. Boito » de Parme l’année suivante. Il en sort diplômé avec la note maximale cum laude et la mention d’honneur à l’unanimité du jury.
Il est nommé à seulement 13 ans co-titulaire de la Basilique Santa Maria della Steccata de Parme auprès du titulaire Ugo Leoni.

En 2016 il est admis au Conservatoire de Paris dans les classes d’improvisation à l’orgue et écriture (composition en style) auprès de professeurs de renoms tels que Thierry Escaich, Laszló Fassang, Thomas Ospital, Thomas Lacôte, Yves Henri, Olivier Trachier…

À travers sa participation à de nombreuses masterclasses il reçoit des conseils de personnalités du monde de l’orgue parmi lesquelles Olivier Latry, Jean Guillou, Yanka Hékimova, Baptiste-Florian Marle-Ouvrard, Henri-Franck Beaupérin…

En 2017 il remporte le Grand Prix d’Improvisation du concours international Marchal-Litaize à Paris, l’année suivante il est finaliste du concours international d’Harleem (Pays Bas).
En juillet 2019 il est le premier italien à remporter le premier prix (Tournemire Prize) du prestigieux concours international d’improvisation de St-Albans (Angleterre).
Il remporte également le 1er prix au concours d’improvisation Boellmann-Gigout de Strasbourg.

Sa carrière l’a amené à se produire partout en France et à l’étranger.
Son répertoire s’étend de la Renaissance aux musiques actuelles, tout en laissant une grande part à l’improvisation.
Il s’associe également à d’autres disciplines artistiques comme le cinéma ou encore la danse.

Jean-Philippe MERCKAERT

Né en 1980, Jean-Philippe MERCKAERT débute ses études musicales à Mons en Belgique. En 1998, il entre dans la classe d’orgue de Jean-Philippe Fetzer au Conservatoire de Région de Nancy où il reçoit une médaille d’or. Admis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il y devient l’élève de Michel Bouvard et Olivier Latry et obtient un Premier Prix d’orgue et le Diplôme de Formation Supérieure en 2005. Il se perfectionne ensuite auprès de Jean Ferrard à Bruxelles.

Il est par ailleurs licencié en Écritures musicales classiques du Conservatoire royal de Mons, et lauréat de plusieurs concours d’orgue internationaux (seconds prix à Freiberg en 2007 et Bruges en 2009).

Actif dans le domaine de la création musicale contemporaine, il a enregistré et joué plusieurs œuvres en première audition dont récemment le Livre d’Orgue du chef d’orchestre et compositeur belge Pierre Bartholomée, et Toshi-kurezu de Jean-Pierre Deleuze.

Durant la saison 2003-2004, Jean-Philippe Merckaert est organiste en résidence au Concert Hall KITARA de Sapporo (Japon). Installé depuis 2007 à Tokyo, il se produit régulièrement en concert sur l’ensemble de l’archipel japonais, en soliste ou avec orchestre. Entre 2011 et 2014, il occupe le poste d’organiste en résidence au Concert Hall MUSE de Tokorozawa, et actuellement celui de la Philharmonie de Nasunogahara.

Thomas PELLERIN

Originaire de Charente, Thomas PELLERIN travaille l’orgue auprès d’Olivier Vernet, Jean-Luc Étienne, Éric Lebrun et Johann Vexo, et étudie parallèlement le clavecin avec Françoise Marmin à Angers. Il achève sa formation au CNSMD de Lyon où il obtient brillamment deux masters en orgue et en basse continue dans les classes de François Espinasse, Liesbeth Schlumberger et Yves Rechsteiner.

Il est Lauréat du grand prix Jean-Sébastien Bach de la ville de Saint-Pierre-les-Nemours (2007), du concours international d’orgue renaissance de Saint-Julien-du-Sault (2013), du concours Joseph-Bossard-de-Bellelay (2013 – Suisse), ainsi que du tremplin d’orgue de la ville de Bolbec (2013).

Il est à l’origine du projet de construction de l’orgue de style italien-renaissance de l’église Saint-Cybard de Pranzac en Charente et est le fondateur et directeur artistique du Festival « Au Gré des Arts », dont la première édition a eu lieu en 2011.

Il s’est déjà produit en tant que soliste dans le cadre de nombreux lieux et festivals prestigieux (Festival de La Chaise-Dieu, Toulouse les Orgues, Festival de Lanvellec, etc.). Thomas Pellerin se produit régulièrement en tant que continuiste dans plusieurs ensembles (La Fenice, The Furious Arts, Artemandoline).

En 2013, il participe à la création de l’œuvre de Gabriel Marghieri, « Mainte nuit sans repos… » en compagnie du compositeur et de l’acteur Francis Perrin.

Thomas Pellerin est titulaire du Certificat d’Aptitude de professeur d’orgue ainsi que d’un master de pédagogie. Après avoir enseigné l’orgue et le clavecin au Conservatoire de Roanne, il enseigne depuis 2016 l’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional d’Angers.

Thomas Pellerin est Organiste Titulaire de l’orgue Dangeville/Cavaillé-Coll/Beuchet de la Cathédrale Saint-Maurice d’Angers depuis février 2018.

Benjamin-Joseph STEENS

Natif de Bonheiden (Belgique), Benjamin-Joseph STEENS obtient une Maîtrise de musicologie à l’Université Catholique de Louvain et à Paris-IV Sorbonne. Parallèlement, il étudie à l’Institut Lemmens (Louvain) et au Conservatoire d’Orléans, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où ses études sont couronnées par plusieurs Premiers Prix et Diplômes de Formation Supérieure en orgue (classe de Michel Bouvard et Olivier Latry), clavecin (classe de Pierre Hantaï puis Olivier Baumont) et basse continue. Il y obtient de surcroît le Certificat d’Aptitude d’Orgue (département de pédagogie).

Son attrait pour les claviers anciens s’enrichit au contact de Jos van Immerseel, avec qui il se perfectionne au Conservatoire d’Anvers. Il se passionne pour le clavicorde, devenant un des rares claviéristes contemporains à jouer cet instrument en récital et à l’utiliser en musique de chambre. Sa curiosité naturelle pour tous les répertoires l’amène aussi à s’intéresser à la musique des XIXe, XXe et XXIe siècles et à collaborer avec des compositeurs pour préparer des créations, dont le Ricercar pour orgue de Bert van Herck donné à Reims en 2006. Un des premiers organistes à jouer l’œuvre monumentale de Jean-Louis Florentz Debout sur le soleil, il put l’interpréter notamment sur les grandes orgues de Notre-Dame de Paris en 1998 et 1999.

Titulaire des grandes orgues Cattiaux de la Basilique Saint-Remi de Reims dont il est également conservateur, responsable de l’orgue Bernard Aubertin à Vertus (Marne), Benjamin-Joseph Steens est régulièrement invité par des festivals européens (Festival de Flandres, Toulouse-les-Orgues, Flâneries Musicales de Reims…) pour des récitals, concerts de musique de chambre ou productions orchestrales. Ses prestations sont périodiquement enregistrées par la radio ou la télévision. Il enseigne l’orgue, le clavecin et la basse continue au CRR de Reims et au conservatoire de Levallois (région Parisienne), ainsi que le clavicorde dans le cadre du Master Interprétation des musiques anciennes à l’université Paris Sorbonne. Il est également régulièrement demandé comme professeur-invité ou jury dans dans des institutions renommées telles que l’Opéra Bastille ou le CNSMDP.

Sa discographie comporte plusieurs CD réalisés pour le Label Epr-classic. En 2007 paraît le CD/DVD Bach – Buxtehude aux grandes orgues de Saint-Martin de Vertus et de Saint-Remi de Reims. Ses enregistrements au clavicorde : les Variations Goldberg de J.S. Bach (2010) et Bach and Sons, sonates pour flûte et clavier obligé de la famille Bach avec Jacques-Antoine Bresch au traverso (2011) remportent un vif succès public et son plébiscitées par la critique internationale, notamment en France avec 5 diapasons.